Le syndrome de l’intestin irritable est-il une forme de stress ?

28 December, 2016

Le syndrome de l’intestin irritable est aussi connu sous son nom anglais, Irritable Bowel Syndrome (IBS). Aussi appelé troubles fonctionnels intestinaux, il est lié à des spasmes ou des crampes du colon. Certaines personnes le confondent avec la maladie de Crohn ou avec la colite ulcéreuse, parce que les symptômes peuvent être très semblables ou se recouper.

La firme pharmaceutique belge Trenker a organisé une journée d’étude portant sur le syndrome de l’intestin irritable à l’occasion du lancement de leur nouveau probiotique ‘Cerevisia’, aux côtés de leur produit plus ancien, ‘Imutis’. Lors de cette journée d’étude, j’ai pu exprimer quelques réflexions.

Symptômes du syndrome de l’intestin irritable

La plupart des maux courants sont un sentiment de ballonnement dans l’estomac et une douleur intestinale ou un mal de ventre, parfois avec des crampes intestinales ou même de la diarrhée. Chez la plupart des patients, les maux s’aggravent en période de stress. C’est pourquoi on pourrait aussi appeler cette maladie une affection psychosomatique : une maladie qui a bien une cause physique mais qui, le plus souvent, est déclenchée par un stress psychique.

Traiter l’intestin irritable avec un probiotique

L’étude de Trenker indique que leur probiotique Saccharomyces Cerevisiae CNCM I-3856, sous la marque ‘Cerevisia’, peut réduire la douleur intestinale chez un certain nombre de patients. Le mécanisme de fonctionnement semble être que la présence de ce micro-organisme bactérien stimule le récepteur PPAR dans l’intestin.

Le récepteur PPAR est responsable de l’apaisement de la douleur dans l’intestin, car il réagit aux ‘endorphines’ analgésiques propres que l’on produit. En outre, l’activation de ce récepteur réduit la sensibilité aux stimuli en général. Un troisième effet de cette activation de ce récepteur est la diminution des réactions inflammatoires dans l’intestin. Or, ces réactions inflammatoires sont la plupart du temps responsables de la diarrhée.

Les endorphines sont des substances analgésiques que nous produisons nous-mêmes. (La morphine est un produit chimique qui stimule les mêmes récepteurs mais avec de nombreux effets secondaires car elle est moins spécifique que notre propre mécanisme interne de régulation.)

Cette étude a été surtout démontrée par des recherches sur les souris, et il y a des indices que cela fonctionnerait aussi chez l’homme. C’est donc la première fois que l’on peut observer comment des probiotiques peuvent contribuer à la guérison de syndrome de l’intestin irritable.

Un inconvénient du traitement par probiotiques est qu’ils n’agissent que pendant 7 jours ; si on ne complète pas ce traitement par d’autres méthodes de traitement, on dépend donc des probiotiques pour le restant de ses jours, ce qui peut être coûteux. Pour l’instant, cet effet est spécifiquement étudié et attesté par Cerevisia, cela n’exclut cependant pas que d’autres probiotiques, le kéfir ou le yaourt obtiendront de tels effets à l’avenir. Pour être sûr, il vaut mieux pour l’instant commencer par Cerevisia, mais on peut naturellement, d’un commun accord avec son médecin, faire des essais avec d’autres probiotiques ou même avec du yaourt ou du kéfir.

Traiter l’intestin irritable par un accompagnement du stress

Le stress pouvant déclencher ou aggraver des maux dormants, la gestion du stress est une part très importante du traitement. Si vous êtes déterminé à apprendre à diriger votre vie vers une réduction quotidienne du stress, le nombre de périodes durant lesquelles vous souffrirez du syndrome de l’intestin irritable diminuera, de même que l’intensité des maux. Si vous voulez savoir si l’accompagnement du stress vous aiderait, nous vous conseillons de passer le test sur ce site. Si votre résultat au test se situe dans l’orange ou dans le rouge, pour les tensions ou l’anxiété, vous pouvez être presque sûr que l’accompagnement du stress vous aidera à diminuer vos maux. Dans ce cas, nous vous conseillons de suivre un accompagnement jusqu’à ce que vous obteniez au moins pendant trois mois de suite un résultat dans le vert.

Traiter l’intestin irritable avec l’hypnothérapie

On sait depuis des années déjà que l’hypnose ou hypnothérapie est l’un des plus grands succès parmi les méthodes de traitement du syndrome de l’intestin irritable. Le plus souvent, votre médecin-hypnothérapeute va combiner l’hypnose à l’apprentissage de techniques d’autohypnose. Le mécanisme de fonctionnement exact expliquant l’efficacité de l’hypnose dans le traitement de l’intestin irritable n’est pas encore connu.

On suppose que les deux mécanismes de fonctionnement suivants collaborent dans la guérison par l’hypnose.

D’abord, l’hypnose, et surtout l’autohypnose, contribue à réduire votre niveau général de stress, tout comme d’autres formes de thérapie d’accompagnement du stress ou d’auto-assistance en ligne.

Ensuite, on suppose que l’hypnose peut produire des ‘endorphines’ spécifiques à l’organisme, par quoi il n’est pas impossible que le même type de récepteurs, comme le récepteur PPAR susmentionné, soient activés. Des recherches concrètes devront évidemment prouver à l’avenir que cette hypothèse se vérifie.

L’effet de l’hypnothérapie est plus durable que celui des probiotiques.

Traiter l’intestin irritable grâce aux programmes d’auto-assistance en ligne

Les bons programmes d’auto-assistance en ligne vous permettent d’apprendre à réduire votre stress chez vous. Cette réduction du stress se traduit par une diminution de l’irritation de la paroi intestinale. Les bons programmes d’auto-assistance en ligne vous enseignent également un certain nombre de techniques d’autohypnose ; si vous avez donc la discipline de vous consacrer quotidiennement un quart d’heure, c’est sans nul doute une bonne option de départ. Même s’il apparaît ensuite qu’un travail doit encore être accompli par un hypnothérapeute. Du fait de l’expérience que vous aurez acquise des techniques d’autohypnose, le nombre de séances d’hypnothérapie dont vous aurez besoin sera probablement moins important.

Conclusion

En résumé, on peut dire qu’il est utile de commencer un traitement de départ avec les probiotiques, combiné à un accompagnement du stress sous la forme d’auto-assistance en ligne ou de l’accompagnement d’un médecin, psychothérapeute ou psychologue. Si cela semble insuffisant après quelques semaines, il est conseillé de recourir à une thérapie par l’hypnose. Une fois que vous avez vos maux sous contrôle, vous pouvez évaluer avec votre médecin si vous pouvez diminuer les probiotiques, les arrêter ou continuer à les prendre. En commençant par une combinaison de probiotiques et d’accompagnement du stress, vous augmentez les chances que la paroi intestinale retrouve le repos rapidement et que vous puissiez ensuite tranquillement tester avec votre médecin ce que vous pouvez continuer à construire.

Test en cas de syndrome de l’intestin irritable

Vous voulez savoir dans quelle mesure le stress, les tensions, l’anxiété ou même les sentiments dépressifs contribuent à votre syndrome de l’intestin irritable, vous pouvez alors faire un simple test de 21 brèves questions.
Dr Paul Koeck

Tags: , , , , , , , , , ,
Date: December 28, 2016, Author: Dr. Paul Koeck.