Borderline ?

Le borderline, aussi appelé “état-limite” ou “cas-limite”, est l’un des troubles de la personnalité les mieux connus. Malgré cette connaissance, cependant, il règne encore souvent un certain mystère autour des symptômes du borderline. La plupart des gens savent que cela a quelque chose à voir avec des émotions changeantes, mais ils ne savent souvent pas ce qui caractérise une personne atteinte de trouble de la personnalité borderline.

Qu’est-ce que le borderline ?

Le borderline est un trouble de la personnalité repris dans le DSM. Le DSM est le manuel d’établissement de diagnostics le plus connu. Il décrit donc les symptômes du borderline et bien davantage. Si vous souffrez de borderline, vous êtes au bord de la psychose. Le borderline est et reste un trouble de la personnalité, dont une explication se trouve, selon certaines théories, dans l’enfance. Certains symptômes du borderline ressemblent en outre à ceux de la dépression. Les symptômes du borderline sont en réalité plus intenses et de nature plus changeante, tandis que les symptômes de la dépression sont plutôt de nature homogène.

Les personnes borderline éprouvent des sentiments très changeants par rapport, par exemple, à l’amitié, à l’amour, etc. Leur humeur comme leur comportement s’en trouvent donc très imprévisibles. Du fait de cette imprévisibilité, les personnes borderline fonctionnent en général à un niveau inférieur à leurs capacités.

Quelle est la fréquence de manifestation du borderline ?

On estime de l’ordre de 1 à 2 % la proportion de la population souffrant d’un trouble de la personnalité borderline. Les femmes ont plus de risques d’éprouver ce trouble que les hommes. La famille d’une personne borderline souffre plus souvent de :

  • Dépression
  • Dépendance à l’alcool
  • Dépendance à la drogue

Le borderline s’accompagne souvent de troubles du sommeil et de troubles de l’humeur. Les risques sont donc plus élevés de tomber dans la dépression si l’on souffre de borderline. Le borderline se manifeste surtout le plus fréquemment chez les jeunes adultes et avant l’âge de 40 ans. Le borderline ne se manifeste pas nécessairement différemment chez les jeunes adultes de chez les adultes. On peut souvent en minimiser les symptômes grâce à la thérapie.

Symptômes du borderline ?

Automutilation

L’automutilation est fréquente en cas de borderline. Ainsi les personnes borderline viennent-elles souvent à s’érafler, se couper… Une automutilation consiste par exemple à s’arracher les cheveux. Parfois, l’automutilation peut être un appel à l’aide. Ce n’est cependant par le seul but de l’automutilation. Exprimer la colère ou proposer une réponse à la souffrance écrasante peuvent aussi être les raisons de l’automutilation.

Les sentiments fluctuants par rapport aux relations rendent souvent les personnes borderline très changeantes par rapport à ceux qui les entourent. Elles peuvent parfois se sentir dépendantes des autres et devenir soudain hostiles. Elles font parfois soudainement confiance à quelqu’un qu’elles connaissent à peine ou se précipitent dans une relation amoureuse. À d’autres moments, elles deviennent bizarres et méfiantes. C’est évidemment aussi difficile pour ceux de leur entourage. Entretenir une relation avec une personne borderline peut donc être très éprouvant.

Sentiment de vide intérieur

Tout comme dans certaines formes de dépression, les personnes borderline se sentent souvent vides. En raison des sentiments fluctuants, d’une mauvaise image de soi, etc., il est difficile pour elles de déterminer qui elles sont pour se former une identité. Tout comme pour les relations, elles ont fréquemment des pensées différentes par rapport à elles-mêmes. Par psychose, on entend une déconnexion de la réalité. En cas de borderline, cela ne prend pas les mêmes proportions, mais on peut observer une sérieuse forme de déconnexion de la réalité.
Les symptômes sont liés entre eux. L’automutilation peut surgir surtout durant les phases où ces personnes ne se sentent pas liées à la réalité. Cela peut être considéré comme une manière de vouloir revenir à l’ici et maintenant.

Le mystère de l’amitié

Si vous êtes ami avec une personne borderline, on dirait parfois que certaines parties de la vie de la personne manquent. Si vous souffrez d’un trouble de la personnalité borderline, il se peut que vous réagissiez de façon impulsive et imprévisible. Les personnes borderline sont parfois très fermées par rapport aux affaires personnelles. Elles ne confieront pas facilement leur sentiment de vide ou leur amitié changeante. Dans bien des cas, cependant, les personnes borderline répondront franchement si vous les interrogez. Malgré leur réponse, cela peut aussi les mettre dans de mauvaises dispositions.

En dépit de leur comportement d’hostilité et de leur réserve, les personnes borderline craignent souvent d’être abandonnées. Une technique bien connue consiste dès lors à quitter l’autre avant qu’il ne vous quitte. Malgré ce mécanisme, beaucoup de personnes borderline ont du mal à être seules.

Troubles de l’identité

Comme nous l’avons mentionné précédemment, une personne borderline éprouve fréquemment des sentiments changeants par rapport à elle-même. Du fait que le contact avec la réalité disparaît parfois partiellement ou presque complètement, les personnes borderline se construisent souvent difficilement une identité. En outre, les émotions changeantes, qui se traduisent par des humeurs changeantes, y contribuent. On peut parler de manipulation découlant des troubles de l’identité pour prévenir l’abandon.

Sentiments de dépression

Les symptômes ci-dessus, tels que la difficulté à entretenir des relations, se sentir vide, etc., contribuent aux sentiments de dépression que peut éprouver une personne borderline. Outre la dépression, il existe de fréquents symptômes de borderline d’impulsivité et de colère.

Diagnostic de borderline ?

Selon le DSM-IV, il faut observer au minimum à 5 des symptômes ci-dessous pour pouvoir parler d’un diagnostic de borderline.

  1. Vous est anxieux à l’idée d’être abandonné et voulez tout faire pour l’empêcher.
  2. Amitiés et relations changeantes. Ces amitiés se caractérisent par des sentiments changeants à l’égard des autres, allant de l’idéalisation à la dépréciation. Une personne borderline peut mettre soudain fin à une amitié de plusieurs années.
  3. Discours blanc-noir. Ce symptôme est causé par la méfiance, la recherche de la dispute pour ensuite ne plus pouvoir renouer les liens.
  4. Sautes d’humeur. Un mot peut soudain renverser votre humeur. Ces changeants peuvent aussi faire se succéder des sentiments extrêmes.
  5. Réactions impulsives dans au moins deux domaines personnels. Ce comportement est destiné en outre à vous nuire comme le don de grosses sommes d’argent, la dépendance, la criminalité….
  6. Difficulté à être seul et difficulté à trouver un rythme. Les personnes borderline peuvent changer très vite. En outre, la crainte de l’abandon est associée à ce symptôme.
  7. Souffrir d’un trouble de l’identité. Vous ne pouvez conserver une image stable de vous-même. Vous éprouvez en outre quotidiennement un sentiment de vide qui peut perdurer.
  8. Sentiments intenses de colère ou de faiblesse et difficulté à les maîtriser. Ces sentiments ne sont en plus pas adaptés à la situation dans laquelle vous les éprouvez. Ils peuvent s’appliquer aussi bien aux autres qu’à vous-même.
  9. Menacer de vous blesser, de vous tuer et souffrir de symptômes dissociatifs et psychotiques.

Traitement en cas de borderline ?

Le borderline est souvent traité par une combinaison de médication et de psychothérapie. Il est conseillé que cette thérapie soit plutôt de nature intensive en cas de borderline. En matière de médication en cas de borderline, des antidépresseurs peuvent par exemple aider par rapport à l’impulsivité, notamment les inhibiteurs MAO. Le Tegretol est aussi parfois prescrit pour aider une personne borderline à trouver un équilibre stable. D’autres formes d’antidépresseurs, notamment les médicaments sérotoninergiques, peuvent offrir une solution contre l’humeur maussade.

La durée du traitement dépend de l’intensité du traitement et de l’intensité des symptômes de borderline. On opte souvent pour un internement psychiatrique afin de stabiliser les symptômes de borderline. Grâce à la médication et à la psychothérapie, une personne borderline peut vivre normalement chez elle. Cela exige cependant beaucoup de travail pour maintenir cet équilibre positif.

La prise de médicaments et/ou l’établissement d’un diagnostic exigent toujours la présence d’un psychiatre. Il est en effet la seule personne habilitée à poser un diagnostic et à prescrire ensuite des médicaments.

Test de dépression ?

Les sentiments de dépression sont étroitement liés au borderline. Vous voulez savoir si vous vous sentez dépressif ? Faites donc notre test de dépression gratuit pour découvrir quels symptômes de la dépression vous éprouvez !